En août 2013, Twitter s'était transformé durant de longues heures en déversoir de haine : plusieurs hashtags homophobes, comme #lesgaysdoiventdisparaîtrecar,s'étaient propagés sans aucun contrôle sur le réseau social. Près d'un an et demi plus tard, trois internautes ayant surfé sur cette vague nauséabonde ont été condamnés mardi après-midi par le tribunal correctionnel de Paris. 

LIRE AUSSI >> Twitter : défouloir pour homophobes

 

 

Les prévenus, identifiés grâce à des investigations techniques après avoir posté des messages déclinant le hashtag #BrûlonsLesGaysSurDu, ont écopé de 300 euros d'amende avec sursis pour l'un d'eux, et de 500 euros d'amende pour les deux autres. Ils devront également verser des dommages et intérêts du même montant à l'association de lutte contre l'homophobie Comité Idaho, à l'origine de la plainte pour provocation à la haine et à la violence à raison de l'orientation sexuelle. 

Recrudescence de propos homophobes en décembre

Cette première judiciare a de quoi réjouir les associations, qui dénoncent souvent la lenteur de Twitter à réagir aux messages de haine. Joint par metronews, le président de SOS Homophobie s'en félicite ainsi, même s'il souligne que les peines prononcées ne sont "pas très lourdes" (les prévenus encouraient jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende pour une telle infraction). "Espérons que cela va susciter une prise de conscience chez les auteurs de tels propos, souvent des jeunes qui, sous le couvert de l'anonymat et par provocation, relaient ces messages sans se rendre compte de ce qu'ils font", explique Yohann Roszéwitch.

Le combat est toutefois loin d'être gagné. Début janvier, SOS Homophobie alertait encore sur la recrudescence de propos homophobes sur Twitter, quatre nouveaux hashtags (#HomophobeEtFier, #OnNeVeuxPasDuMariagePourTous (sic), #StopAdoptionPourTous et #LesHomosDoiventSeFaireSoigner) y ayant proliféré fin décembre. Yohann Roszéwitch, dont l'association dispose depuis deux ans d'un statut de "signalant prioritaire" auprès du site de micro-blogging, note que celui-ci est désormais "plus réactif", les hashtags en question ayant été rapidement désindexés de sa liste des trending topics (sujets les plus abordés). Et il souligne "la réaction rassurante" de la communauté de Twitter, qui a aussitôt créé en retour les hashtags #VivelAdoptionPourTous et #LesHomophobesDoiventSeFaireSoigner. Les auteurs de messages haineux n'ont qu'à bien se tenir.